Comment soigner la schizophrénie ?

Dans la schizophrénie, chez un certain nombre de patients, il persiste une vulnérabilité, des difficultés par rapport à certaines choses, mais il persiste un fonctionnement normal, une disparition des symptômes et on peut parler dans ce cas-là, chez à peu près 20 % des patients, de guérison.

Le traitement médicamenteux du schizophrène

La prise en charge a différents aspects, elle est un élément, une pierre angulaire que sont les médicaments, et qu’on appelle antipsychotiques.

C’est une terminologie qui prête à débat, avant on parlait de neuroleptiques, maintenant on parle d’antipsychotiques, on parle de première, deuxième génération ; il y a des variations en fonction des médicaments.

Ce sont des médicaments dont l’efficacité est tout à fait marquée sur les symptômes positifs de la schizophrénie, donc en fait plutôt sur les hallucinations et les délires ; avec une efficacité qui est quand même moindre, insuffisante, sur les symptômes négatifs et la désorganisation.

Ces médicaments sont des médicaments qu’on a besoin de prendre pendant longtemps. C’est toujours difficile de dire « à vie » car en fait c’est quand même très variable d’un individu à un autre, mais ce sont quand même des médicaments qu’il faut prendre pendant une longue période de temps parce que ce sont des médicaments qui protègent des rechutes.

La psychothérapie

A côté des médicaments, bien évidemment on a toutes les stratégies de prises en charge qui sont par exemple du domaine purement psychothérapeutique.

Dans la psychothérapie, on peut parler de thérapie cognitivo- comportementale, on peut parler de thérapie dite systémique qui met en jeu le sujet dans son environnement, qui sont quand même avec des résultats extrêmement intéressants.

On a utilisé les thérapies psychanalytiques et leur intérêt reste débattu de. Ce sont donc des stratégies focalisées sur la maladie, sur le soin par la parole.

Et puis il y a toutes les stratégies psychosociales, stratégies d’environnement, aider un sujet à se réadapter à son environnement, favoriser par exemple une réadaptation cognitive avec des techniques de remédiation cognitive où on réentraîne le sujet à faire fonctionner des fonctions cognitives qui ne fonctionnaient plus jusqu’alors, dans le cas de la désorganisation que j’évoquais.

On peut avoir également des stratégies de remise au travail, de soutien à l’emploi. Toutes ces stratégies dites « psychosociales » sont des stratégies qui sont extrêmement importantes pour la prise en charge des patients souffrant de schizophrénie.

By |2018-12-28T15:59:50+00:00décembre 28th, 2018|